Lundi 27 mai 2019
La lettre avant l’esprit
Jean-François Heisser passe aux rayons X la Symphonie Fantastique
Symphonie Fantastique

Pourquoi transposer aujourd’hui sur un clavier (ou comme ici, deux claviers) la Symphonie fantastique, acte de naissance du nouveau monde de l’orchestre moderne ? Profitant de l’occasion fournie par l’anniversaire Berlioz, Jean-François Heisser continue une tradition née le lendemain même de la création de l’œuvre, tradition dont l’arrangement pour piano de Liszt est sans doute l’exemple plus abouti. Sa transcription, enregistrée ici en duo avec Marie-Josèphe Jude, est taillée sur mesure pour exploiter les qualités d’un drôle d’instrument, un piano vis-à-vis Pleyel de 1928, de la collection de Musée de la Musique de Paris : deux quarts de queue emboîtés à la sonorité claire idéale pour dévoiler tous les détails souvent cachés dans les coins d’un orchestre. Ecoutée sous cet angle, cette réécriture est une réussite : on y remarque le soin mis par Berlioz dans des détails parfois passés inaperçus et certains même seront surpris de découvrir la maîtrise par le compositeur des recettes les plus canoniques. Ce dévoilement cependant se paye et les amateurs de Fantastiques plus visionnaires ou plus délirantes resteront peut-être sur faim : Roger Muraro par exemple, allait plus loin dans son enregistrement sidérant de la transcription de Liszt (voir ici) pour traduire, par des moyens purement pianistiques, la fièvre romantique de Berlioz. 
Gérard Pangon

Symphonie Fantastique (transcription pour deux pianos de Jean-François Heisser)
Marie-Josèphe Jude, Jean-François Heisser (piano vis-à-vis)
1 CD Harmonia Mundi HMM 902503
52 min

mis en ligne le mercredi 27 février 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.