Samedi 17 novembre 2018
La danse des heures
Instants poétiques avec Matan Porat de l’aube au crépuscule
Lux

En train de devenir un spécialiste des récitals « à titre », Matan Porat était parti dans son précédent enregistrement d’une idée purement musicale pour construire un programme très dense (voir ici). Pour ce disque, il a imaginé un parcours au fil conducteur plutôt poétique :  une journée au piano, de l’aube à la nuit, racontée ou plutôt dépeinte avec une poignée de pages évocatrices enchaînées sans transitions. Évocatrices parfois plus par leur titre que par leur vrai contenu : difficile par exemple de voir en quoi le dernier mouvement de la sonate « Waldstein » de Beethoven rappelle le matin (à part son titre en français Aurore), tandis qu’en revanche le premier mouvement de la sonate « Clair de lune » avec lequel le programme se termine respire indéniablement la nuit. Dans cette traversée des heures forcément éclectique, dans laquelle les pages de Matthias Pintscher et Thomas Adès s’incrustent un peu au forceps, certains moments sont indéniablement réussis : au tout début, la transition entre le plain chant grégorien et le premier des Chants de l’aube de Schumann, très dépouillé, est magistrale et, en pleine sieste, le très bel arrangement (de Matan Porat) pour piano du Prélude à l’après-midi d’un faune donne la clé très impressionniste du disque. 
Pablo Galonce

Oeuvres de Schumann, Beethoven, Pintscher, Debussy, Scriabine, Liszt, Adès et plain-chants grégoriens
Matan Porat (piano)
1 CD Mirare MIR 400
1 h 11 min

mis en ligne le mercredi 15 août 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.