Lundi 17 juin 2019
L’essence du genre
Premier volume d’une intégrale des lieder de Schumann
Frage

« Question » (Frage) : un titre tiré des Kerner-Lieder op. 35 - pièce maîtresse de ce programme où elle voisine avec des merveilles plus rares - bien trouvé pour commencer une intégrale des Lieder pour voix d'homme de Schumann. Dix CD sont prévus (le deuxième, Myrthen, est déjà annoncé), qui constitueront une somme plus complète encore que celle de Dietrich Fischer-Dieskau, et qui n’aura pour rivale que celle, à plusieurs voix mais un seul pianiste (Graham Johnson) chez Hyperion. Son Dichterliebe (RCA) avait en 2004 consacré Christian Gerhaher schumannien par nature. Le voici toujours dans son élément, la voix plus ductile, la diction plus précise, le sens des nuances plus aiguisé encore qu’il y a quinze ans, sans pour autant tomber dans le maniérisme, ni souligner ce qui n’a pas besoin de l’être. Mais comme à l’époque, comme d’ailleurs dans ses enregistrements d’autres compositeurs, il a les défauts de ses qualités, et semble tellement craindre de transformer l’estrade de concert en scène de théâtre qu’il estompe, dans les pièces les plus évocatrices telles les "Beiden Grenadiere" (Romanzen und Balladen op. 49), les images mentales propres au lied. Une frustration pour l’auditeur, en partie compensée par son accompagnateur habituel Gerold Huber, lequel entretient avec lui un dialogue d’égal à égal qui est l’essence même du genre.
François Lafon

6 Gesänge op. 107 ; Romanzen und Balladen op. 49 ; Warnung op. 119/2 ; 3 Gesänge op. 83 ; 12 Gedichte op. 35 ; 4 Gesänge op. 142
Christian Gerhaher (baryton), Gerold Huber (piano)
1 CD Sony 19075889192
1 h 18 min

mis en ligne le lundi 7 janvier 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.