Lundi 25 mars 2019
L’enfant qu’il fut
A travers Wozzeck, Krzysztof Warlikowski se raconte : éclairant
Wozzeck

Tel Patrice Chéreau, Krzysztof Warlikowski s’attaque à Wozzeck après avoir fait sensation avec Lulu (Bruxelles – 2012), et ne frappe pas moins fort. Qui est ce petit garçon solitaire au milieu de couples de bambins participant à un concours de danse ? Celui de Wozzeck et Marie bien sûr, mais aussi lui-même, qui va nous raconter l’histoire à hauteur de l’enfant qu’il fut. A la fin, celui-ci jettera à l’eau les morceaux d’un modèle anatomique, sans un regard pour les cadavres de ses parents. Pour une fois, le metteur en scène n’a pas à transposer l’action - entre urinoirs et fête foraine - pour imposer son univers. Et comme d’habitude, sa direction d’acteurs est éclairante, Wozzeck (Christopher Maltman) comme un grand enfant déboussolé et Marie (Eva-Maria Westbroek) en rousse pulpeuse portant dès son entrée le drame à venir. Formidables silhouettes de tortionnaires aussi, dominées par celle du grand Willard White en Docteur maléfique. Il aurait fallu un chef plus charismatique que le scrupuleux Marc Alrbecht pour un tel spectacle, mais le Netherlands Philharmonic est impeccable et les chanteurs évoluent avec virtuosité entre lyrisme et sprechgesang
François Lafon

Wozzeck
Chritopher Maltman (Wozzeck), Eva-Maria Westbroek (Marie), Frank Van Aken (le Tambour-major), Willard White (le Docteur), Marcel Beekman (le Capitaine), Ursula Hesse von den Steinen (Margret), Jacob Jutte (l'Enfant)
Choeur du Dutch National Opera, Netherlands Philharmonic
Direction musicale : Marc Albrecht
Mise en scène : Krzysztof Warlikowski
Réalisation : François Roussillon
1 DVD Naxos 2.110582
1 h 47 min

mis en ligne le jeudi 3 janvier 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.