Dimanche 2 octobre 2022
Grand frais
Andersen revisité avec élégance par le Danois Hans Abrahamsen
Abrahamsen, The Snow queen

Captée live lors de sa création munichoise en anglais, en décembre 2019, cette nouvelle version de La Reine des neiges d’après Andersen avait connu sa première deux mois plus tôt dans la langue du compositeur danois Hans Abrahamsen (né en 1952) à Copenhague, avec une distribution différente : chanteurs, chef et mise en scène. Confié à Andreas Kriegenburg (Lady Macbeth de Mzensk de Chostakovitch à Salzbourg en 2017, suivie des Huguenots de Meyerbeer à Paris, l’année suivante), le spectacle ne manque pas d’attrait, préservant l’aspect féerique de ce conte initiatique – coloris pastel, neige, glace, forêt (acte 2, scène 3), corneilles, caribou, grand-mère et ses « belles histoires », etc. –, tout en jouant la distanciation : les personnages sont dédoublés, voir triplés, ce qui n’évite pas toujours une certaine confusion… Seule ombre au tableau : le récit se déroule à plusieurs reprises dans un hôpital, lieu favori d’une majorité de metteurs en scène en manque d’imagination pour signifier l’enfermement, quand ce n’est pas une prison ou un immeuble de bureaux – mais c'est autre sujet… En confiant le rôle principal de Gerda à Barbara Hannigan, qui le connaît bien, le compositeur s’est donné un atout supplémentaire. La partition, certes postmoderne dans ses influences multiples, de Britten à John Adams, séduit néanmoins par l’extrême délicatesse de ses alliages ; ainsi, le glockenspiel, le xylophone, les cloches et de petites percussions emmitouflés dans les vents renforcent l’atmosphère irréelle, quand ce n’est pas le chœur, lui aussi sollicité non sans raffinement. Souveraine, la soprano chante à merveille ce monde du froid, secouée de trilles, d’hoquetus médiéval et d’airs fougueux, bien entourée par Rachael Wilson (Kay), Katarina Dalayman (Grand-mère), Peter Rose (Caribou) et les comédiens Thomas Gräßle et Louis Veronik – doubles de Kay. Une belle carte de visite pour ce premier opéra du compositeur danois et une réussite complète sous la direction du chef d’orchestre Cornelius Meister.  
Franck Mallet

Abrahamsen : The Snow queen (2014/18)
Barbara Hannigan (Gerda), Rachael Wilson (Kay), Katarina Daylman (Grand-mère, Vieille femme) Peter Rose (Caribou), Caroline Wettergreen (Princesse), Dean Power (Prince) Kevin Conners et Owen Willetts (Corneilles), Thomas Gräßle, Louis Veronik, Anna Ressel et Sophie Veronik (comédiens)
Chœur et Orchestre Bayerische Staatsoper
Direction musicale : Cornelius Meister
Mise en scène : Andreas Kriegenburg
1 DVD Bayerische Staatsoper Recordings LC 96744 BSOREC 1002
1 h 57 min

mis en ligne le samedi 10 septembre 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.