Samedi 28 janvier 2023
Galant sans briller
Giuseppe Agus, un Sarde inconnu passé par Naples, Londres et Paris
Giuseppe Agus - Sonate a violino solo e basso

Nous est présenté ici, une fois de plus, un compositeur italien à découvrir. Giuseppe Agus (1722-1798) est encore moins connu que d’autres de la période baroque ou classique. Il ne figure pas dans les colonnes des dictionnaires courants. Né à Cagliari, « capitale » » de La Sardaigne, il se forme à Naples puis s’établit rapidement à Londres, où en 1748, il rejoint comme violoniste la Royal Society of Musicians avec comme prénom Joseph. L’année suivante naît son fils Joseph Francis, futur violoniste, ce qui donnera lieu à diverses confusions. En 1751 paraissent ses Six sonates pour violon et basse opus 1, rééditées en 1760 avec une dédicace à l’ambassadeur de Bavière à Londres (et faisant l’objet du présent CD). Agus se livre en même temps à des activités commerciales qui en 1776 le conduisent à la faillite. Prudent, il s’est réfugié l’année précédente à Paris, qu’il ne quittera plus. Des œuvres de lui y sont publiées, et il finira professeur au Conservatoire. Ces six sonates sont toutes dans le mode majeur, et toutes en trois mouvements sauf la sonate n° 5, qui en a quatre. Toutes s’ouvrent par un mouvement lent, selon une certaine tradition italienne. Elles évitent les étalages gratuits de virtuosité et rendent volontiers hommage au style galant, sans se distinguer vraiment de l’honnête moyenne de l’époque. La basse, souvent bien appuyée, consiste en un violoncelle, un archiluth et un clavecin, et le programme est complété par six brèves danses allemandes publiées en 1767 après avoir servi cette année-là aux spectacles du King’s Theatre.
Marc Vignal

Giuseppe Agus : Six sonates pour violon et basse opus 1
Quartetto Vanvitelli
1 CD Arcana A531 (Outhere)
1 h 06 min

mis en ligne le lundi 5 décembre 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.