Dimanche 2 octobre 2022
Festival d'Ambronay 4
Bach à Weimar : un jeune homme plein d’imagination
Bach / Cantates de Weimar

De 1708 à 1717, Jean Sébastien Bach est à Weimar, musicien de chambre et organiste de la Cour. Sa situation financière est plutôt confortable, ses activités lui laissent du temps. Il écrit beaucoup pour l’orgue, découvre et transpose la musique italienne, doit composer une cantate par mois. Dans son itinéraire Bach avec Les Arts florissants, Paul Agnew choisit ce soir quatre de ces cantates. Elles n’ont pas toutes la force des « grandes » œuvres de Bach, mais chacune possède son originalité : Bach expérimente. Il confie les arias de la BWV 54 à la seule voix d’alto, imagine une procession entraînante pour le chœur final BWV 182 (Allons à Jérusalem, cité de toutes les joies), parodie Vivaldi pour un chœur de la cantate BWV 12 où l’on entend aussi des ébauches d’œuvres à venir (un morceau de la Messe en si). L’admiration de Paul Agnew pour Bach n’en est que renforcée, comme il en témoigne entre chaque cantate. « Je suis fasciné par l’imagination de ce jeune Bach, qui n'a pas encore trente ans. La cantate BWV 61 a été composée pour un dimanche de l’Avent, c’est-à-dire l’annonce de la naissance d’un roi, Jésus. Comme il n’y a pas de roi en Allemagne, Bach s’inspire d’une musique destinée à un roi, Louis XIV. Ecoutez bien : ça commence comme du Lully. » Cette cantate, est en effet, la plus remarquable, avec son ouverture à la française, un air de basse accompagné de pizzicati comme des coups frappés à la porte, et un Amen final ornementé par des violons en contrepoint du chœur. De quoi séduire un auditoire enthousiaste.
Gérard Pangon
Photo © Bertrand Pichène / CCR d’Ambronay
Festival d’Ambronay 17 septembre

Cantates Himmelskönig, sei willkommen BWV 182 ; Weinen, Klagen Sorgen, Zagen BWV 12 ; Widerstehe doch der Sünde BWV 54 ; Nun komm der Heiden Heiland BWV 61
Hannah Morrison (soprano), Martin Engeltjes (contre-ténor), Thomas Hobbs (ténor), Edward Grint (basse)
Les Arts florissants
Direction musicale : Paul Agnew

mis en ligne le vendredi 23 septembre 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.