Mardi 19 juin 2018
Fauré fougueux
Philippe Cassard donne du tonus à Fauré
Fauré - Philippe Cassard - Orchestre national de Lorraine

Fauré pour piano seul (Nocturnes), symphoniste (Suite de Pélléas, ouverture de Pénélope), ou concertant (Ballade op. 19 et Fantaisie op. 111), Fauré connu ou moins connu (la Ballade), Fauré jeune (la Ballade, encore) ou vieux (la Fantaisie, encore), Fauré sous tous ses aspects, donc. L’interprétation du fauréen de renom qu’est Philippe Cassard donne de ces œuvres une interprétation homogène : le temps, ses épreuves, ses joies, ou, plus simplement, la modernité qui suit son cours, semblent être passés sans trop marquer le compositeur - un homme qui n’est pas celui de la caricature de mièvrerie qui lui colle à la peau et ne correspond d’ailleurs pas à l’homme qu’il était (personnalité contrastée, timide peut-être, et pourtant au caractère « trempé »,  apprécié dans le salon de Pauline Viardot). C’est un Fauré étonnamment fougueux que jouent Philippe Cassard et l’orchestre national de Lorraine (dirigé par Jacques Mercier) dont l’élégance toute parisienne cède souvent à une brutalité qui serait teutonne. Le résultat, sans convaincre totalement par des effets forcés – dans les deux sens du terme – a au moins celui de l’originalité.
Albéric Lagier

Ballade op. 19 ; Nocturnes n°2,n°4 et 11 ; Pénélope (prélude) ; Pelléas et Mélisande, suite op. 33,Fantaisie op. 111
Philippe Cassard (piano)
Orchestre national de Lorraine
Direction musicale : Jacques Mercier
1 CD La Dolce Volta LDV32
1 h 09 min

mis en ligne le samedi 19 mai 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.