Mercredi 23 octobre 2019
Et la tendresse… ?
Un pianoforte pas facile à apprivoiser, par Jérôme Hantaï
Haydn - Mozart - Sonates

Les cinq sonates de Haydn et Mozart réunies sur ce CD sont composées entre 1773 (n°36 Hob.XVI.21 de Haydn) et 1783 (n°12 KV 332 de Mozart), à l’orée et à la fin de la période médiane de leurs auteurs respectifs. C’est dans cette décennie que le pianoforte tend à supplanter le clavecin. Jérôme Hantaï utilise un piano allemand de la fin du XVIIème siècle (on n’en sait pas plus), à la voix « expressive et chantante », nous dit-on. Ce n’est pas ce qui frappe le plus, on entend plutôt des notes pointues que des lignes souples. On ne s’en plaint pas forcément. La sonate en fa majeur KV 332 de Mozart, qui ouvre le programme, réunit les deux types d’écriture, surtout en son premier mouvement, avec ses sonorités à la Scarlatti et ses envolées lyriques. Elle est restituée de façon convaincante. De l’Allegro initial de la sonate en ut majeur n°36 de Haydn, les rythmes pointés, assénés avec force, manquent de subtilité. Quant à l’Andante ouvrant la sonate n°4 en mi bémol majeur KV 282 de Mozart (1774), c’est la tendresse qui lui fait  défaut : c’est dû à l’instrument plus qu’à l’interprète. Les premiers mouvements des sonates en fa majeur n°44 (Hob.XVI.29) et en mi  bémol majeur n°51 (Hob.XVI.38) de Haydn (1774 et 1780), qui terminent le programme, sont de style heurté, contrasté, et c’est là que Jérôme Hantaï tire le maximum de la musique à laquelle il se voit confronté. C’est d’autant plus appréciable que ces deux sonates ne comptent pas parmi les plus enregistrées de Haydn.
Marc Vignal

Joseph  Haydn : Sonates n°36, 44 et 51 - Wolfgang Amadeus Mozart : Sonates n°4 et n°12
Jérôme Hantaï (pianoforte)
1 CD Mirare MIR 456
1 h 14 min

mis en ligne le vendredi 12 juillet 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.