Lundi 27 mai 2019
Entre deux mondes
Premier volume d’un éclairant rapprochement Brahms-Dvorak
Brahms - Dvorak

Un album réunissant deux blockbusters symphoniques multi-enregistrés par un chef de trente-sept ans reconnu mais peu médiatisé et un orchestre renommé mais discret, cela ressemble à un disque-souvenir destiné aux abonnés dudit orchestre. Le programme – premier d’une série qui comprendra les quatre Symphonies de Brahms et les quatre dernières de Dvorak – n’a pourtant rien d’arbitraire, eu égard aux liens qui unissaient les deux compositeurs et au fait que le Symphonique de Bamberg ait été jusqu’en 1945 l’« Orchestre Philharmonique allemand de Prague ». La phalange a certes beaucoup évolué jadis sous les baguettes de Joseph Keilberth ou Eugen Jochum et naguère sous celle de Jonathan Nott, mais elle a conservé une spécificité en partie liée à cette ascendance … tout naturellement cultivée par son actuel directeur, le Morave Jakub Hrusa. Fort bien enregistrée dans l’acoustique flatteuse de la Joseph-Keilberth-Saal du Konzerthalle de Bamberg, cette « Philharmonie d’Etat de Bavière » (sa dénomination depuis 2003) sonne en tout cas tout miel et velours, Hrusa étant, dans le sillage de son prédécesseur Nott, plus attentif aux dosages instrumentaux raffinés qu’à la furia des grands anciens. Revers de cette qualité : manque à sa 4ème de Brahms le nerf et d’élan qui la distingueraient au sein d’une discographie pléthorique. Sa « Nouveau monde » est plus mémorable, jonglant habilement avec la tradition tchèque et celle, germanique … qui la « brahmsise".
François Lafon

Brahms : Symphonie n° 4 - Dvorak : Symphonie n° 9 "Du Nouveau Monde"
Orchestre Symphonique de Bamberg
Direction musicale : Jakub Hrusa
2 CD Tudor 1744
1 h 27 min

mis en ligne le vendredi 1 mars 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.