Jeudi 18 juillet 2024
Dramatique et contrasté
Haendel au plus haut avec des interprètes parfaits
Georg Friedrich Haendel : Brockes-Passion

La Passion selon Brockes (Hambourg 1719) est l’unique oratorio allemand de Haendel. Son nom provient du librettiste Barthold Heinrich Brockes (1680-1747), ami du compositeur : ils se rencontrèrent sans doute lors de leurs études de droit et de philosophie à Halle en 1700-1702. On ne sait ni quand ni comment Haendel, à Londres depuis plusieurs années, reçut la commande. Le livret, intitulé « Jésus martyrisé et mourant pour le péché du monde », avait été publié en 1712 et immédiatement mis en musique par Reinhard Keiser. On pense que la version de Haendel date de 1716, comme celle de Telemann. Bien d’autres suivirent. Le livret, libre paraphrase des textes évangéliques, oriente l’œuvre vers l’expression individuelle, il insiste sur les sentiments éprouvés par les divers protagonistes, surtout Jésus, Pierre et Judas, et par des figures allégoriques ou contemplatives (la Fille de Sion, les Ames croyantes). Les chœurs de foule sont courts, il y a peu de chorals, seul le chœur d’ouverture est développé, mais les airs, souvent pathétiques, sont précédés de préludes imagés et s’éloignent du modèle italien. Un duo réunit le Christ et sa mère. Cette passion, dont Bach réalisa une copie partielle et que Haydn se vit offrir par la reine Charlotte d’Angleterre, bénéficie d’une interprétation de haut vol, dramatique et contrastée : solistes en situation, orchestre aux sonorités pointues.
Marc Vignal

Brockes-Passion
Sandrine Piau (soprano), Stuart Jackson (ténor), Konstantin Krimmel (baryton)
Arcangelo, Vocal Consort
Direction musicale : Jonathan Cohen
2 CD Alpha Classics Alpha 644 (Outhere)
2 h 20 min

mis en ligne le mardi 27 avril 2021

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.