Lundi 27 mai 2019
Des musiques pour se réchauffer
La fascination d'Hermine Horiot pour le violoncelle du froid
Boréales

Fascinée par la neige qui tombe et par les contrées polaires, boréales, la violoncelliste Hermine Horiot se demande si son arrière-grand-mère suédoise lui a ou non transmis un peu de son âme scandinave. D’où ce CD, consacré pour l’essentiel à des pièces pour violoncelle seul de six compositeurs nordiques ou baltes originaires d’autant de pays : la Finlande, la Suède, la Lettonie, le Danemark, la Norvège et l’Estonie. Le Thème et Variations en ré mineur JS 196 de Sibelius date de 1887 (il avait vingt-et-un ans) et fut sans doute destiné à son frère Christian : page techniquement ambitieuse au fur et à mesure de ses six variations contrastées. La Fantasia Sopra Laudi d’Ingvar Lidholm (1977) reprend la mélodie d’une page de jeunesse, le violoncelle se partageant entre les appels d’un  Angelus lointain et les accents déchirants de la voix humaine. De Grammata Cellam de Peters Vasks (1978), la première partie (Fortissimo) met à mal l’instrument, la seconde (Pianissimo) a tout d’un souffle murmuré. Fluctuations 13 de Nicklas Schmidt (2017), rhapsodie en trois parties, résulte d’une commande de l’interprète, et Clamavi d’Arne Nordheim (1980) se veut une sorte de psaume sans paroles. On termine avec une transcription (plutôt une version) pour violoncelle, quintette à cordes, piano et électronique, approuvée par le  compositeur de Fratres d’Arvo Pärt. Le texte de présentation aurait dû parler de l’original  (terme au demeurant inadéquat) de cette œuvre née sous le coup de la mort de Britten : versions pour trois voix non spécifiées (1977), donc modifiable à l’infini, pour violon et piano (1980) et pour orchestre à cordes et percussion. L’électronique étant ici « un grand orchestre souterrain », on sort tout réchauffé de cette expédition vers le froid.
Marc Vignal
 

Œuvres de Jean Sibelius, Ingvar Lidholm, Peters Vasks, Nicklas Schmidt, Arne Norheim et Arvo Pärt
Hermine Horiot (violoncelle), Cécile Lenoir (ingénieure du son), Julien Podolak (électronique), Gaspard Dehaene (piano), Gauthier Broutin (violoncelle)
Quatuor Lumos
1 CD 1001 notes 13
1 h 04 min

mis en ligne le dimanche 10 mars 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.