Jeudi 17 octobre 2019
Défense et illustration de la viole
Jacques Morel, un inconnu du XVIIIème, dans une leçon de bien être
Jacques Morel – Pièces de viole (1709)

Il y a plus d’un quart de siècle, le label Ricercar édite un coffret de 3 CD intitulé : « Défense de la basse de viole contre les entreprises du violon et les prétentions du violoncelle. » Ce titre reprend celui d’un livre publié à Amsterdam en 1740 par un juriste nommé Hubert Le Blanc, qui y traite le violon « d’arrogant », et le violoncelle de « pauvre hère qui se cache tout honteux derrière le clavecin et dont la condition est de mourir de faim. » Le Blanc arrivait déjà trop tard, et l’on sait ce qu’il est advenu de ces deux instruments. Aujourd’hui, Dieu merci, la viole a retrouvé une belle place, et ce CD en témoigne, qui s’intéresse à Jacques Morel, compositeur dont on ignore les dates de naissance et de décès, mais dont on pouvait entendre déjà quelques extraits de ses suites dans le coffret Ricercar. Quelques traces de son existence laissent penser qu’il a vécu entre 1680 et 1740, et son Premier Livre de Pièces de Viole, dont il est question ici, a été édité en 1709. Ces quatre suites font immanquablement penser à Marin Marais, dont Jacques Morel s’est dit l’élève, avec le même souci mélodique, mais un soupçon, parfois, de vivacité en plus comme une sorte d’incitation aux plaisirs de la vie. Les titres de certaines danses (La Bretonne, La Jolie, La Brillante, La Guérandoise…) sont comme autant de petits portraits émus, sensibles et séducteurs. Leur atmosphère contribue au bien être qui sourd de cet album.
Gérard Pangon

Première, deuxième, troisième et quatrième suite ; Chaconne en trio avec flûte
Fuoco E Cenere
Direction musicale : Jay Bernfeld
1 CD Paraty 129264
1 h 18 min

mis en ligne le vendredi 20 septembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.