Dimanche 18 août 2019
Creuset de géants
Mahler et Bruckner, jeunes compositeurs pleins d’avenir
Mahler - Bruckner

A jeune musique, jeune interprétation : ce qui caractérise cet enregistrement, c’est d’abord sa fraîcheur. Pas si étonnant : comme les Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d’un compagnon errant), Des Knaben Wunderhorn (Le Cor enchanté de l’enfant) sont le creuset - douleur et ironie - dans lequel Mahler puisera son inspiration de symphoniste. Cela tient aussi à la personnalité vocale du baryton autrichien Markus Werba - émission claire, expression spontanée, capacité (viennoise ?) d’exposer simultanément des sentiments opposés - et à la baguette vive et analytique d’Enrique Mazzola - qui s’est fait un nom dans un répertoire plus latin - sans que son Mahler lorgne pour autant vers Johann Strauss. Placées en intermède entre les deux cycles, les peu connues Vier Orchesterstücke du jeune Bruckner éclairent le projet : « On dirait un Schubert tardif, avec cette même mélancolie qui fonde l’esprit viennois », explique le chef. Une façon aussi de réconcilier les deux géants que l’on oppose trop souvent, comme on le fait avec Balzac et Flaubert, ou Tolstoï et Dostoïevski. Un disque en forme d’au revoir enfin, Mazzola terminant avec lui son mandat de directeur musical de l’Orchestre National d’Ile-de-France, lequel se montre sous son jour le plus flatteur.
François Lafon 

Mahler : Lieder eines fahrenden Gesellen - Des Knaben Wunderhorn - Bruckner : Vier Orchesterstücke
Markus Werba (baryton)
Orchestre National d'Ile-de-France
Direction musicale : Enrique Mazzola
1 CD NoMadMusic NMM 061
59 min

mis en ligne le vendredi 24 mai 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.