Mercredi 22 janvier 2020
Clap de fin
Le duo  Gatto-Libeer termine en beauté son voyage beethovénien
Sonates pour piano et violon n° 3, 6, 7, 8

« Nous voici arrivés, boucle bouclée, clap de fin ! », se réjouissent Lorenzo Gatto et Julien Libeer dans leur texte de présentation de ce vol. 3 des Sonates piano-violon de Beethoven. Mais d’ajouter : « Nous repartirons de plus belle demain, bien conscients qu’on n’est jamais arrivés ». Le voyage, en tout cas, n’a rien eu d’improvisé : commencé par la n° 9 « Kreutzer » (vol. 1) avec un moderne Steinway (voir ici), jalonné par la n° 5 « Printemps » avec un piano à cordes parallèles de Chris Maene (voir ), il se termine avec les 7ème puis 6ème avec le Steinway encadrées des 3ème et 8ème avec le Maene, non pour reléguer à la fin les moins Sonates les moins connues, mais pour s’apprêter à « repartir de plus belle » en compagnie d’un Beethoven luttant contre les progrès de la surdité en créant un monde sans limites (« Je veux saisir le destin à la gueule », écrit-il à son ami Wegeler). Entre ciel et terre, le pianiste et le violoniste poursuivent le dialogue dont ils n’ont à aucun moment perdu le fil, toujours attentifs aux rapports changeants (dominé/dominateur) qu’entretiennent les deux instruments d’une Sonate (ou même d’un mouvement) à l’autre. Une prouesse à laquelle de plus célèbres duos ne sont pas toujours parvenus. 
François Lafon 

Sonates piano-violon n° 3 op. 12 n° 3 - n° 7 op. 30 n° 2 - n° 6 op. 30 n° 1 - n°8 op. 30 n° 3
Julien Libeer (piano), Lorenzo Gatto (violon)
1 CD Alpha Classics Alpha 565 (Outhere)
1 h 21 min

mis en ligne le lundi 2 décembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.