Mercredi 23 janvier 2019
Ce qui arrive et ce qu’on attend
Nikolai Lugansky apprivoise Debussy à sa manière
Suite bergamasque - Works for solo piano

Mais qu’est-ce que Nikolai Lugansky vient faire dans Debussy ? Une question qu’on ne se pose pas quand ce rachmaninovien canal historique (il a étudié avec Tatiana Nikolaïeva) joue Beethoven ou Brahms. En cette année anniversaire, où toutes les sensibilités debussystes se sont pourtant manifestées - du sanguin Daniel Barenboim à l’arachnéen Menahem Pressler - pourquoi pas ce grand piano distancié, voire intimidant, qui va assez bien, contre toute attente, à la Suite bergamasque, baignée d’un "Clair de lune" un peu froid mais suprêmement phrasé ? Parce qu’on attend d’un interprète de Debussy un mélange de secrets et de confidences, un art « français » où l’on esquisse les sensations comme le compositeur a brouillé les tonalités ? Lugansky, comme il le montre dans la 2ème série des Images, a de toute évidence compris cela, et il l’exprime avec les impressionnants moyens qui sont les siens : écoutez "Cloches à travers les feuilles", dont il joue somptueusement du bronze des graves et de l’insondable jungle harmonique (pour paraphraser Marguerite Long). « Le genre brasserie, pour les five o’clock où se rencontrent les belles écouteuses » de La plus que lente lui est certes moins naturel que les deux Arabesques, sortes de blasons du piano debussyste.  Mais il a raison de placer son récital sous l’égide de L'Isle joyeuse, fête du rythme où son pianisme grand format trouve à s’employer pleinement. 
François Lafon

L’Isle joyeuse ; Deux Arabesques ; Suite bergamasque ; La plus que lente ; Estampes ; Images, 2ème série ; Hommage à Haydn
Nikolai Lugansky (piano)
1 CD Harmonia Mundi HMM 902309
54 min

mis en ligne le samedi 29 décembre 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.