Lundi 25 mars 2019
Bohême marseillaise
Le rythme et le charme slave de Martinu sous le soleil de Marseille
Martinu - Double concertos for violin & piano

À la suite de Smetana, Dvorak et Janacek, Martinu s’illustra à la fois dans l’opéra, la musique de chambre et symphonique. La forme du concerto grosso baroque nourrit bon nombre de ses ouvrages, en particulier une généreuse série de concertos (une trentaine), dont l’Orchestre philharmonique de Marseille a eu la bonne idée d’extraire trois, avec le soutien de prestigieux solistes. Moins connu que sa sœur aînée, la Sinfonietta « La Jolla », écrite quelques jours plus tôt sur le sol américain, à Los Angeles, le Concerto pour deux violons de 1951, dédié et créé par les Frères Beal à Dallas, associe rythme et joie de vivre sous les fougueux coups d’archet des sœurs Deborah et Sarah Nemtanu. Au tout aussi allègre Concerto pour deux pianos de 1943 s’ajoute un déhanchement quasi grotesque « à la Poulenc » qui emporte la toccata du premier mouvement, auquel succède « la jungle mystérieuse » (Momo et Mari Kodama) de l’extatique second mouvement, contrebalancé par la pyrotechnie du Rondo final. Plus convenu, le Rhapsody-Concerto pour alto développe des tonalités bohémiennes automnales grâce à l’alto chaleureux de Magali Demesse et au coloris chamarré de l’Orchestre de Lawrence Foster.           
Franck Mallet

Martinu : Concerto pour deux violons et orchestre H. 339 ; Rhapsody-Concerto pour alto et orchestre H. 337 ; Concerto pour deux pianos et orchestre H. 292
Momo et Mari Kodama (pianos), Deborah et Sarah Nemtanu (violons), Magali Demesse (alto)
Orchestre philharmonique de Marseille
Direction musicale : Lawrence Foster
1 CD Pentatone PTC 5186 658
1 h 03 min

mis en ligne le samedi 22 décembre 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.