Samedi 14 décembre 2019
Bis repetita
Philippe Herreweghe remet sur le métier les Symphonies de Schumann
Symphonies n° 2 et 4

Pourquoi remettre sur le métier une intégrale qui a fait date ? Parce que Philippe Herreweghe, psychiatre de formation, a beaucoup à dire sur Schumann (explication biographique), parce qu’il repasse son répertoire non baroque avec l’Orchestre Symphonique de Flandres dont il est premier chef invité et qu'il alimente ainsi le label Phi dont il est le directeur artistique (explication économique), mais peut-être aussi et surtout parce que sa première version, avec l’historiquement et instrumentalement informé Orchestre des Champs-Elysées (Harmonia Mundi), lui a paru appeler une suite. Rapides, dégraissées, comme passées au scanner, mettant en avant leurs étrangetés au lieu de chercher à les cacher, ces nouvelles Symphonies n° 2 et 4 relèvent de la même esthétique, visant à démontrer que la réputation qu’elles traînent d’être maladroitement orchestrées voire bizarrement composées est une question d’interprétation. Et pourtant – le passage à un orchestre « moderne » y est probablement pour quelque chose – on sent ici qu’Herreweghe cherche moins à  soutenir sa thèse qu'à montrer que de telles options n’empêchent pas d'exalter le romantisme profond des chefs-d'oeuvre. Il serait vain, cependant, d'y chercher le geste exalté d'un Leonard Bernstein (Sony). 
François Lafon

Symphonies n° 2 en ut majeur et n° 4 en ré mineur
Orchestre Symphonique de Flandre
1 CD Phi LPH 032
1 h 05 min

mis en ligne le samedi 16 novembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.