Vendredi 17 août 2018
Au final, le Premier
Argerich et Ozawa, un duo de feu pour Beethoven
Symphony 1 - Piano Concerto 1

Admirable exemple de longévité artistique, Seiji Ozawa (82 ans) se fait de plus en plus rare sur le podium pour cause de problèmes de santé. Enregistré sur le vif, ce disque témoigne d’une de ces rares occasions, de surcroît à la tête d’un orchestre auquel il est associé depuis sa création. Il faut être patient pour retrouver le grand Ozawa : dans la Première symphonie de Beethoven, le chef japonais prend trop de précautions pour que l’interprétation décolle vraiment. Le deuxième mouvement manque singulièrement du « con moto » indiqué et le menuetto, un scherzo en tout sauf dans le nom, n’est pas assez bondissant. Tout change avec l’entrée en scène de Martha Argerich dans le Premier Concerto pour piano : après un premier mouvement dans lequel il a du mal à sortir de la zone de sécurité, Ozawa retrouve sa fougue et se laisse prendre au jeu de la pianiste, toujours aussi personnelle, pour réussir un largo parfaitement idyllique et un final de plus en plus animé, feu d’artifice dans lequel soliste et orchestre se retrouvent enfin pour briller à l’unisson. Un peu tard pour rendre cette interprétation indispensable, mais eu égard de la glorieuse carrière d’Ozawa, qui n’écoutera ce disque sans émotion ?
Pablo Galonce  

Symphonie n° 1 en ut majeur, op. 21 ; Concerto pour piano n° 1 en ut majeur, op. 15
Martha Argerich (piano)
Mito Chamber Orchestra
Direction musicale : Seiji Ozawa
1 CD Decca 4832566
1 h

mis en ligne le mardi 1 mai 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.