Mardi 16 août 2022
Au-dessous du volcan
Redécouverte d’œuvres orchestrales signées par Odette Gartenlaub
L'album du centenaire 1922-2022

« Admirablement douée » selon Messiaen, « musicienne extraordinaire » pour Milhaud avant qu’elle n’obtienne le Premier Grand Prix de Rome en 1948 : Odette Gartenlaub (1922-2014), pianiste adoubée par son professeur Marguerite Long fut formée à la composition par, outre Messiaen, Noël Gallon et André Bloch, puis Henri Büsser après l’Occupation – durant laquelle elle vit cachée, renvoyée du Conservatoire pour ses origines juives. Sa discographie l’honore essentiellement dans Brahms aux côtés du clarinettiste Guy Deplus, ainsi que dans le piano de Debussy et des mélodies – où l’interprète accompagne la soprano Flore Wend, avec laquelle elle enregistra également des lieder de Mozart. La compositrice renaît au disque grâce à l’Association créée autour d’elle, qui puise dans les archives de l’Ina les captations en public de trois de ses partitions dirigées par, excusez du peu, Rosenthal et Inghelbrecht – dont on notera qu’eux aussi furent à la fois interprète et compositeur. Le Mouvement symphonique (1953) s’inscrit dans un style motorique qui évoque Roussel. Son Concerto pour flûte (1955), créé sous la baguette de Delerue – sa pièce d’orchestre la plus jouée selon Jean-Michel Ferran, auteur du livret – se distingue par la subtilité de son orchestration et une partie soliste tout à la fois volubile, mystérieuse et extatique, dans un bel esprit debussyste… d’autant plus grâce au flûtiste Raymond Guiot et la direction de Manuel Rosenthal, en 1967. Soliste de son Concerto pour piano lors de sa première audition en 1958 sous la baguette de l’ami Ingelbrecht, Odette Gartenlaub offre une partition volcanique bien dans l’esprit des années 1950, à la fois sombre – l’Andante d’où surgit le cor anglais – et riche en péripéties avec ce final « Marcata giocoso » chahuté par la percussion et les cuivres. À redécouvrir.   
Franck Mallet

Gartenlaub : Concerto pour flûte et orchestre ; Concerto pour piano ; Mouvement symphonique
Raymond Guiot (flûte), Odette Gartenlaub (piano)
Orchestre philharmonique de l'ORTF, Orchestre national de la RTF,
Direction musicale : Manuel Rosenthal, Désiré Émile Inghelbrecht
1 CD Klarthe KLA 151
52 min

mis en ligne le samedi 30 juillet 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.