Mardi 15 octobre 2019
Aïda les pieds dans l’eau (DVD)
A Bregenz, opéra rime avec gigantisme
Aïda

Au festival de Bregenz, sur le lac de Constance, on pratique l’opéra les pieds dans l’eau. Au sec sur la rive, le public et l’orchestre suivent de loin les évolutions des chanteurs dans des décors énormes maniés par des grues géantes. Il va sans dire que tout cela est sonorisé, et qu’il s’agit d’une sorte de son et lumière en direct. Il va sans dire aussi que ce n’est pas là que l’intimisme d’Aïda est mis en valeur. Puisque l’opéra se passe au bord du Nil, le metteur en scène britannique Graham Vick, un habitué du lieu, fait patauger son monde, tandis qu’une immense statue de la Liberté émerge en kit. Les époques sont brouillées : masques égyptiens et uniformes actuels, grands-prêtres vaguement Ku Klux Klan, Casques bleus armés de matraques. De loin, le spectacle fait son effet. En gros plan, le vernis moderne ne cache pas la convention : quand le public est à cinq cents mètres, difficile de jouer comme au cinéma. Ce qu’on entend est à l’avenant. Les chanteurs ne travaillent pas dans la nuance, mais ils ont des moyens et de l’endurance, la partition a été élaguée d’un bon quart d’heure, mais le chef Carlo Rizzi assure l’italianità de l’ensemble.
François Lafon

Aïda
Tatiana Serjan (Aïda), Iano Tamar (Amneris), Rubens Pelizzari (Radamès), Tigran Martirossian (Ramfis), Ian Paterson (Amonasro)
Camerata Silesia, Choeur de la Radio de Karkov, Choeur du Festival de Bregenz, Orchestre Symphonique de Vienne
Direction musicale : Carlo Rizzi
Mise en scène : Graham Vick
Réalisation : Felix Breisach
1 DVD Unitel Classica 702308
2 h 15 min

mis en ligne le jeudi 4 novembre 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.