Lundi 10 août 2020
Expressionisme boulézien
Jubilation chorale pour Le Marteau sans maître
Evolution, not revolution

Coup d’éclat d’un compositeur âgé d’à peine trente ans en 1954, Le Marteau sans maître de Boulez se voulait proche du Pierrot lunaire de Schoenberg. Un demi siècle plus tard, une quinzaine de versions discographiques différentes – dont pas moins de quatre sous la baguette du compositeur –, montre qu’elle suscite autant d’intérêt auprès du public. Sous la baguette d’un fidèle, Daniel Kawka qui, entre autres, a enregistré trois de ses partitions des années 80 (Naïve, 2011), ce « nouveau » Marteau possède une énergie rare. L’auditeur, proche des instruments, se trouve aussitôt immergé dans une toile sonore bigarrée, qui a autant à voir avec l’exotisme du xylomarimba, du vibraphone, de la guitare et des percussions, qu’avec le rythme stravinskien qui parcourt frénétiquement l’œuvre. Une jubilation chorale par tous les interprètes, malgré la voix de Salomé Haller curieusement en retrait… peut-être pour en accuser le relief expressionniste (Pierrot lunaire ?). B-Partita, sous-titré « in memoriam Pierre Boulez » de Philippe Manoury (2016) se veut « un élargissement ou une extension » de sa Partita II pour violon et électronique. Superpositions, interaction entre l’ensemble instrumental et le violon solo (Gaël Rassaert) grâce à l’électro et foisonnement de la polyrythmie : une pièce sans conteste bien dans l’esprit de transformation et de miroitement cher à l’auteur d’Éclat – Multiples, d’…explosante-fixe… et autres Répons – restituée avec brio par l’Ensemble Orchestral Contemporain
   Franck Mallet

Boulez : Le Marteau sans maître - Manoury : B-Partita
Salomé Haller (mezzo-soprano), Gaël Rassaert (violon)
Ensemble Orchestral Contemporain
Direction musicale : Daniel Kawka
1 CD Col Legno WWE 1CD 20447
1 h 03 min

mis en ligne le vendredi 1 mai 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.