Dimanche 19 novembre 2017
Sombres prémisses
La pianiste Hélène Tysman joue Ravel en oiseau prophète
Des antiques aux démons

« Des antiques aux démons », ou comment le si raffiné Ravel a mieux que d’autres exprimé en musique le retour récurrent de la barbarie, faculté qui fait de lui un éternel moderne. Pour illustrer cette constatation, Hélène Tysman confronte « le plaisir délicieux et toujours renouvelé d’une occupation inutile » (citation d’Henri de Régnier en exergue des Valses Nobles et sentimentales) à la « Danse sur un volcan » (mise en film par Jean Renoir dans La Règle du jeu en …1939), dont Gaspard de la nuit explore les arcanes et La Valse déplore les conséquences. C’est-à-dire que le jeu de cette élève du romantique Bruno Rigutto aussi bien que du moderne Pierre-Laurent Aimard est rien moins que consensuel : prémisses de la folie à venir dès le pourtant anodin Menuet antique, Gaspard de la nuit angoissant comme il le faut, Valses nobles moins anodines qu’il n’y paraît, Valse éruptive plus que décadente, le Menuet sur le nom de Haydn et la Pavane pour une infante défunte n’ayant plus rien eux-mêmes d’une « occupation inutile ». Tout cela n’empêche pas Hélène Tysman de cultiver l’élégance ravélienne, sans laquelle les démons annoncés ne seraient que tigres de papier. 
François Lafon

Menuet antique - Gaspard de la nuit - Menuet sur le nom de Haydn - Valses nobles et sentimentales - Pavane pour une infante défunte - La Valse
Hélène Tysman (piano)
1 CD Klarthe K022
1 h 09 min

mis en ligne le samedi 17 décembre 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.