Dimanche 01 mars 2015
Zion plutôt que Caroline
Un Christie inégal qui finit en beauté
presque idéal



Music for Queen Caroline

Passez The King shall rejoice : le chœur sommeille ; Tim Mead, contreténor pourtant élevé à Cambridge a le larynx rigide et l’émission gutturale, ce qui gêne fort la diction ; Les Arts Florissants, en pleine forme, contrastent avec les voix. Passez aussi le Te Deum « Caroline » : le chœur somnole ; Tim Mead est toujours difficillement compréhensible ; son compère ténor, Sean Clayton (non, ce n’est pas le Sean-Clayton-fiancé-de-Lindsay-Ellingson) l’imite – Contagion ? Souci d’homogéneité ? ; Les Arts Florissants font dans les Fireworks, décalage encore. Et voilà The ways of Zion do mourn, la pièce de résistance, en fait, de ce CD. Le chœur ne sommeille plus : il est comme en extase. Aucun bien ni mal à dire des parties solistes, il n’y en a pas. Les Arts Flo sont en symbiose avec le chœur, l’auditeur est transporté : ça, c’est du Christie ! Le CD fait partie de la nouvelle série richement éditée, un superbe coffret avec une nouvelle inédite, ici de Douglas Kennedy. La narratrice, prof de littérature anglaise à Columbia, cumule les amours enterrées (habile clin d'oeil au Te Deum) et les amants tarés : l’un est un avocat goujat, l’autre souffre de dysfonctionnements érectiles et un troisième sort tout juste d’une mastectomie « de routine ». Mais elle a le bon goût d’aimer The ways of Zion do mourn de Haendel, dont elle a lu la bio dans Wikipedia. Alors, tout va bien.
Albéric Lagier


Georg Friedrich Haendel
The King shall rejoice HWV 260 (1727) ; Te Deum « Caroline » HWV 280 (1714) ; The ways of Zion do mourn HWV 264 (1737)
Tim Mead (contre-tenor), Sean Clayton (tenor), Lisandro Abadie (baryton-basse)
Les Arts Florissants
Direction musicale : William Christie
1 CD-Livre Les Arts Florissants
1 h 12 min

mis en ligne le dimanche 01 mars 2015

Bookmark and Share


 
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail

Concerts & dépendances
Rattle-Berlin à la Philharmonie, motifs d’étonnement
Le cabinet de curiosités
Le bon dos de la crise, suite
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.