Samedi 25 juin 2016
Nettoyage de sonates
Les sonates en trio de Bach, version galante
des hauts et des bas



J.S. Bach - Sonatas BWV 525, 527-530

Les Sonates en trio de Bach, publiées pour l’orgue (une voix pour chaque main, et la troisième pour le pédalier) sont réputées pour leur difficulté contrapuntique : tout élève en classe d’orgue en sait quelque chose. C’est en partie dû au fait que ces sonates sont « en trio » et qu’elles ont été composées à l’origine pour violon, hautbois d’amour, viole de gambe et basse continue puis transposées par Bach à but pédagogique pour ses fils… On peut compliquer la chose en transcrivant pour deux instruments. Bach lui-même s’y est essayé, sans persévérance : peut-être n'a-t-il pas été convaincu par l’exercice de gymnastique dans lequel les orteils de l’organiste passent à la main gauche du claveciniste, celle de l’organiste au bec du flûtiste, et la main droite de l’organiste à celle du claveciniste. Car ces saltos se font au prix d’un sévère nettoyage dans les partitions. Avec Jan Van Hoecke (flûte à bec) et Jovanka Marville (clavecin), le ménage est radical : la flûte fait du contrepoint à une voix, et le clavecin se croit en classe de basse continue. Il en résulte des pièces « charmantes » (l’adjectif est tiré du texte d’accompagnement). Une oreille écoute, cela suffit, et l’autre demande les classiques, Marie-Claire Alain, ou Benjamin Righetti (c’est ici).
Albéric Lagier  


Jean-Sébastien Bach
Sonates en trio BWV 525 et 527-530
Jan Van Hoecke (flûte à bec), Jovanka Marville (clavecin)
1 CD Alpha-Classics Outhere Alpha 237
1 h 03 min

mis en ligne le samedi 25 juin 2016

Bookmark and Share


 
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail

Concerts & dépendances
Palazzetto aux Bouffes, en chambre
Le cabinet de curiosités
Monsieur de Pourceaugnac, détonante ambiguité
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.