Dimanche 19 novembre 2017
Overdose de sens
Haendel notre contemporain ? Oui, répond Krzysztof Warlikowski
Il Trionfo del Tempo e del Disinganno

Le titre est déjà équivoque : cette Désillusion (Disinganno) est une forme de la Vérité (« Truth » dans les versions anglaises ultérieures), mais en faisant spectacle, au festival d’Aix 2016, de cet oratorio du jeune Haendel, Krzysztof Warlikowski a davantage encore brouillé les cartes que ses confrères Jürgen Flimm et Calixto Beito, dont les relectures sont restées dans les mémoires. En faisant descendre sur notre triste terre les allégories qui l’habitent, la fable morale n’en reste pas moins … allégorique : même si elle évite l’overdose dispensée par son frère (?) Plaisir, la jeune Beauté ne sera pas sauvée par les sages conseils de ses parents (?) Temps et Désillusion/Vérité. Toute la panoplie warlikowskienne est là : cages de verre, lit d’hôpital, lavabo, salle de spectacle avec écran sur lequel on voit, remplaçant une vidéo originellement commandée à Christine Angot et clé d’une histoire dans laquelle on se perd facilement, un extrait du film Ghost Dance de Ken McMullen, où le philosophe Jacques Derrida parle de fantômes à la comédienne Pascale Ogier, elle-même tôt disparue. Hiatus maximal entre l’image et le son : la direction d’Emmanuelle Haïm est plus enthousiaste que cérébrale et les chanteurs-acteurs sont aussi vocalement lumineux que scéniquement torturés. Mention spéciale à Sabine Devieilhe, décidément la grande colorature française de la nouvelle génération. 
François Lafon 

Il Trionfo del Tempo e del Disinganno
Sabine Devieilhe (Bellezza), Franco Fagioli (Piacere), Sara Mingardo (Disinganno), Michael Spyres (Tempo)
Le Concert d'Astrée
Direction musicale : Emmanuelle Haïm
Mise en scène : Krzysztof Warlikowski
Réalisation : Denis Guéguin
1 DVD Erato 01902958 19361
2 h 18 min

mis en ligne le mercredi 13 septembre 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.