Samedi 16 décembre 2017
Ecce homo
Gardiner rend palpable l’humanité de Bach
Mass in B minor

Bach encore et toujours : fini son pèlerinage dans l’univers des cantates, captées sur le vif à travers le monde, John Eliot Gardiner revient sur la Messe en si. Déjà enregistrée il y a trente ans (chez Archiv Produktion), cette nouvelle version (en studio) n’est pas un doublon. La vision du chef, plus aérienne et fluide, s’est décantée et ses instruments sont encore plus exceptionnels. Les English Baroque Soloists s’illustrent dans les numéros avec instrument soliste, mais c’est le Monteverdi Choir le grand protagoniste de cette interprétation, qui répond à la moindre demande de son patron avec une précision et une subtilité inouïes. Grâce à lui et aux solistes issus du chœur (qui, à défaut d’épater, se plient parfaitement à la vision d’ensemble), cette Messe en si est à la fois apaisante (Domine Deus) et vertigineuse (Et resurrexit), séraphique (Et in unum Dominum) et extatique (Sanctus). Surtout, Gardiner sait faire de cette collection de morceaux (il rappelle lui-même dans son texte de présentation la longue gestation de l’œuvre) un ensemble cohérent, avec des transitions entre les différentes parties parfois soudaines. On pourrait discuter certains de ses choix (la prononciation italianisante du latin, par exemple, mais quelle diction et quelle clarté !) mais pas la plénitude de cette vision lumineuse et humaine.
Pablo Galonce

Messe en si mineur BWV 232
Hanna Morrison (soprano), Esther Brazil (mezzo-soprano), Meg Bragle, Kate Symonds-Joy (altos), Peter Dévorent, Nick Pritchard (ténors), Alex Ashworth, David Shipley (basses)
Monteverdi Choir, English Baroque Soloists
Direction musicale : John Eliot Gardiner
2 CD Soli Deo Gloria SDG722
51 min + 54 min

mis en ligne le lundi 23 novembre 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.