Dimanche 19 novembre 2017
Ainsi parle Tchaïkovski
Une interprétation lumineuse par le Quatuor Novus
Tchaïkovski - String quartet n°1 - Souvenir de Florence

Le quatuor sud-coréen Novus est jeune, et fait partie de ceux qui revisitent le répertoire romantique en le dégraissant du pathos qui lui est souvent associé. Ce Premier quatuor a pourtant de quoi faire pleurer dans les chaumières, et même dans ce Conservatoire de Moscou, devenu Conservatoire Tchaïkovski, où il fut créé en l’honneur de Tolstoï, que l’Andante fit fondre. C’était le 16 février 1871. Vingt ans plus tard, le sextuor Souvenir de Florence, parce qu’il y fut composé, n’a vraiment rien d'italien. La formation est complétée par deux beaux noms des instruments à cordes, Lise Berthaud à l’alto et Ophélie Gaillard au violoncelle.  Comme le quatuor, il mêle mélodies savantes et thèmes folkloriques, et son premier mouvement, sous forme de sonate sans introduction, nous jette tout droit dans cette effervescence qui caractérise l’âme russe. L’interprétation de ces deux œuvres est claire et lumineuse, pleine d’énergie, avec ce qu’il faut de retenue pour éviter les débordements convenus. Ce qu’elles perdent en pathos, elles y gagnent en profondeur, et en sincérité. Et cette façon équilibrée et sûre qu’ont les chambristes de faire parler Tchaïkovski sans flatter les faiblesses de l’auditeur est on ne peut plus séduisante.
Albéric Lagier

Quatuor à cordes n°1 opus 11 ; Souvenir de Florence, opus 70
Quatuor Novus ; Lise Berthaud (alto) et Ophélie Gaillard (violoncelle)
1 CD Aparté AP 154
1 h 04 min

mis en ligne le dimanche 27 août 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.