Dimanche 19 novembre 2017
Curieux bâclage
Carte de visite ratée pour une soprano qui n’est pas sans atouts
Aida Garifullina

Non, la jolie dame sur la couverture ne chante pas Aida de Verdi, comme pourrait l’indiquer le graphisme. Il s’agit d’Aida Garifullina, soprano russe fréquentant les scènes internationales, connue de cinéphiles pour avoir incarné la colorature Lily Pons dans le film de Stephen Frears Florence Foster-Jenkins. Son récital commence d’ailleurs par deux airs français à vocalises : la Valse de Juliette (dans l’opéra de Gounod) et l’Air des clochettes de Lakmé (de Delibes). Timbre riche, vocalises faciles, mais articulation hasardeuse. Viennent ensuite quelques tubes spectaculaires du répertoire russe, tels les airs du Coq d’or et de La Fille des neiges (qu’elle va chanter à l’Opéra Bastille) de Rimski-Korakov. Est-on en présence d’une seconde Sonya Yoncheva ?  Pas tout à fait, dans la mesure où Aida Garifullina se contente de produire de beaux sons sans s’occuper de caractériser les musiques ni les personnages qu’elle est censée incarner. Elle se fourvoie même dans des arrangements kitsch, telle cette transcription pour soprano du "Chant indou" pour ténor tiré de Sadko (Rimski-Korsakov encore), allant jusqu’à des airs traditionnels (Alluki, Berceuse cosaque) revisités façon cabaret russe. Un bâclage qui pourrait nuire à l’artiste, si celle-ci n’avait déjà fait ses preuves sur scène. 
François Lafon

Airs et mélodies de Charles Gounod, Léo Delibes, Nikolaï Rimski-Korsakov, Piotr Ilitch Tchaïkovski, Sergei Rachmaninov, Vassili Soloviov-Sedoï
Aida Garifullina (soprano)
Orchestre Symphonique de la Radio de Vienne
Direction musicale : Cornelius Meister
1 CD Decca 478 8305
58 min

mis en ligne le vendredi 24 mars 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.