Mardi 15 octobre 2019
Vite fait, bien fait ?
Des symphonies de Londres à toute allure
 
Le même, pas pareil
Des Londoniennes impériales
Il y a 40 ans, Eugen Jochum
Les Symphonies de Londres

Dans les années 1790, pas le choix : pour se rendre en Angleterre à deux reprises, Joseph Haydn prend le bateau. En 2010, il n’aurait pas hésité à prendre le tunnel sous la Manche à bord d’un Eurostar pour aller présenter ses douze symphonies de Londres au public anglais. Est-ce pour cela qu’on doit aujourd’hui jouer ces œuvres à la vitesse TGV ? Au Konzerthaus de Vienne, où ces quatre CD ont été enregistrés sur le vif, Marc Minkowski mène un train d’enfer, à couper le souffle de ses propres musiciens. En homme pressé, il prend des risques souvent payants et sait très bien déclencher ces tempêtes dans un verre d’eau qui font le prix du meilleur Haydn. Les timbres verts des Musiciens du Louvre ajoutent une touche rustique, surtout dans les menuets, pris d’une folle frénésie. Mais le parcours est souvent heurté sinon brutal et tant pis pour les détails : sans vrais moments de détente, on a à peine le temps de se rendre compte que le premier mouvement est déjà fini que le deuxième a pris déjà son élan, tandis que les finales sont de véritables courses à l’abîme. On a surtout l’impression que Minkowski sacrifie l’élégance à l’énergie, l'ironie à la rage. Autrefois, Szell, Bernstein, Jochum, Harnoncourt sur instruments modernes, ou encore Kuijken sur instruments anciens, ont été plus complets, plus complexes, plus ironiques aussi.
Pablo Galonce 

Symphonies n° 93-104
Les Musiciens du Louvre
Direction musicale : Marc Minkowski
4 CD Naïve (V 5176)
4 h 46 min

mis en ligne le mardi 13 avril 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.