Mardi 15 octobre 2019
Verdi au casino
Un Rigoletto new-yorkais s’encanaille à Las Vegas
Rigoletto

On a vu Rigoletto dans la Mafia, Rigoletto au cirque (Robert Carsen – festival d’Aix 2013), voici Rigoletto à Las Vegas, production remarquée du Metropolitan Opera de New York en janvier dernier. Là, le metteur en scène Michael Mayer est allé jusqu’à actualiser le texte, ce qui donne - y compris dans les sous-titres -, un curieux mélange de styles. Comme d’habitude, la transposition fonctionne - avec Duc patron de casino, bouffon homme de main et nobles habitués des tapis verts -, mais ne fait que déplacer l’action, sans l’enrichir ni l’éclairer : Verdi n’est pas Wagner, et le drame inspiré de Victor Hugo ne prête pas à des développements infinis. Dans ce contexte à la Ocean’s Eleven, on en vient presque, en revanche, à reprocher à Piotr Beczala de ne pas ressembler à Brad Pitt et à Diana Damrau de ne pas avoir la plastique de Julia Roberts. Au moins le spectacle, passages ridicules compris (l’apparition de Monterone en roi du pétrole, la pole dance de Maddalena pour aguicher le Duc), distrait-il d’une exécution musicale moins colorée que ce que l’on voit sur scène : direction professionnelle mais anonyme de Michele Mariotti, chant impeccable mais assez froid de Damrau et Beczala, moins impeccable mais plus émouvant de Zeljko Lucic (Rigoletto), seconds rôles sans relief particulier.
François Lafon 

Rigoletto
Zeljko Lucic (Rigoletto), Diana Damrau (Gilda), Piotr Beczala (le Duc), Stefan Kocan (Sparafucile), Oksana Volkova (Maddalena), Robert Pomakov (Monterone), Emalie Savoy (la Comtesse Ceprano), Maria Zifchak (Giovanna)
Choeurs et Orchestre du Metropolitan Opera de New York
Direction musicale : Michele Mariotti
Mise en scène : Michael Mayer
Réalisation : Matthiew Diamond
1 DVD Deutsche Grammophon 073 4935
2 h 31 min

mis en ligne le mardi 10 septembre 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.