Vendredi 30 octobre 2020
Vaisseau amiral
Max Emanuel Cencic ressuscite  un fleuron de l’ « autre Leonard »
Gismondo, re di Polonia

Gouverner selon la raison : en 1727 et Lumières aidant, le sujet était d’actualité. Ce Gismondo romain adapté d’un livret utilisé dès 1709 à Venise par Antonio Lotti brasse par ailleurs les références, la figure du souverain polonais renvoyant à celles de Frédéric IV de Danemark (version Lotti) et James Edward Stuart (version Vinci). Là s’arrête la réflexion philosophique, le Napolitain Leonardo Vinci, professeur de Pergolèse et inspirateur de Vivaldi et Haendel, successeur d’Alessandro Scarlatti à la Chapelle Royale de sa ville et pourvoyeur de « musiques à briller » pour les grands castrats (Farinelli, Carestini), s’entendant davantage à faire fondre l’auditeur de plaisir qu’à le faire réfléchir. Des sensations que les fans de Max Emanuel Cencic, instigateur de cette résurrection à l’occasion du centenaire de l’indépendance de la Pologne et interprète du rôle-titre, viendront chercher - et trouveront - ici, d’autant que le contre-ténor vedette, en grande forme, ne craint pas de s’entourer de rivaux potentiels, tel le jeune Yuriy Minenko (lui aussi contre-ténor, mais à la voix plus claire) ou Sophie Junker, figures de proue de ce vaisseau amiral pour quatre contre-ténors et trois sopranos en trente-et-un numéros et autant de (longs) récitatifs, dynamisé (on pourrait dire dynamité) par un (oh!) Okiestra Historysczna à la hauteur de l’enjeu. 
François Lafon

Leonardo Vinci : Gismondo, re di Polonia
Max Emanuel Cencic (Gismondo), Yuriy Mynenko (Otone), Sophie Junker (Cunegonda), Aleksandra Kubas-Kruk (Primislao), Jake Arditti (Ernesto), Dilyara Idrisova (Giuditta), Nicholas Tamagna (Ermano)
(oh!) Orkiestra Historykzna
Direction musicale : Martyna Pastuszka, Marcin Swiatkiewicz
3 CD Parnassus 9120104870017
3 h 39 min

mis en ligne le mardi 13 octobre 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.