Mardi 15 octobre 2019
Une version légère d’œuvres qui ne le sont pas
Le Quatuor Brentano dans les derniers de Beethoven
The Late String Quartets

Le quatuor Brentano, formé il y a presque vingt ans par d’anciens élèves de la Julliard School, s’est rendu célèbre par un type d’interprétation particulier : appui du rythme, clarté des lignes mélodiques, dynamisme de l’interprétation. Il se revendique proche de l’univers beethovénien, puisqu’il tire son nom d’Antonie Brentano, l’hypothétique Immortelle bien-aimée évoquée par Beethoven dans une série de lettres, jamais envoyées, de juillet 1812. Les derniers quatuors de Beethoven, ce sont les six opus qui datent de 1824/1826, dont on pourrait imaginer qu’ils sont à l’image de ces lettres - mystérieuses. Ils marquent une inflexion notable dans l’art du compositeur viennois. Cette évolution est justement résumée dans le livret du CD : l’ego s’estompe progressivement en faveur d’une unité, d’une vision d’un ordre sacré. Etrangement, c’est tout l’inverse que le quatuor Brentano nous sert. Chaque instrument défend une ligne musicale fortement individualisée. Les thèmes passent de l’un à l’autre de façon certes séduisante, mais au détriment de l’effet de masse et de cette recherche, celle de Beethoven, d’extraire de l’ensemble une vision d’ordre métaphysique du monde, le nôtre ou au-delà. L’ensemble est élégant, dansant, impulsif. Mais, en modelant les derniers quatuors aux mêmes coups d’archets que ses premiers, ou que les quatuors de Mozart ou de Haydn, la conséquence est que la profondeur des opus 127 et 131 est gommée, remplacée par des effets de galanterie. Nulle magie, nul sacré, mais du profane qui, en ces temps de crise, se tient à l’écart de tout questionnement existentiel.
Albéric Lagier

Quatuors à cordes op. 127 n°12, op.131 n°14
Quatuor Brentano
1 CD Æon
1 h 18 min

mis en ligne le samedi 1 octobre 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.