Mardi 15 octobre 2019
Un voyage planplan
Peter Harvey et Gary Cooper font du Schubert à l'ancienne
Winterreise

A une époque où l’on invoque à chaque instant – et pas forcément pour de bonnes raisons - l’écologie, le retour aux sources et la pureté des matériaux originels, voilà un CD totalement « in the mood » qui se propose de retrouver le monde sonore que Schubert a connu. Si la technique vocale a nettement évolué depuis deux siècles, ce n’est pas là que se situe le bond en arrière : Peter Harvey, ordinairement plus habitué au répertoire baroque, fait profiter ce Winterreise de sa diction sans faille et de sa voix limpide, conforme à ce que souhaitait Schubert, mais, à force de clarté, il finit par gommer un peu les chuchotements désespérés du promeneur solitaire. On accepterait bien volontiers cette manière de chanter - car la voix est belle – s’il n’y avait pas en accompagnement un piano qu’un fanatique du son à l'ancienne s’est ingénié à transformer en casserole, sous prétexte de recréer une intimité schubertienne. Toutes les nuances, toutes les subtilités passent à la trappe, toutes les notes suspendues, ces attentes qui nimbent de mystère le Voyage d’hiver, ne ressemblent qu’à un égrènement d’une triste platitude. Schubert a-t-il vraiment entendu ça ? Si oui, il est encore plus génial qu’on ne le pense.
Gérard Pangon

Winterreise
Peter Harvey (baryton), Gary Cooper (pianoforte)
1 CD Linn Records CDK 371
1 h 15 min

mis en ligne le dimanche 20 février 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.