Samedi 17 novembre 2018
Un Tribut tardif
L’ultime opéra de Gounod enfin ressorti du placard
Le Tribut de Zamora

Gounod a-t-il tiré les leçons de son Cinq-Mars (voir ici) ? Cette fois-ci, le spectaculaire est au rendez-vous, ce sera un peplum espagnol, avec des airs en veux-tu en voilà, des chœurs s’époumonant, une orchestration riche et subtile. Ce ne sera ni du Wagner, ni du Verdi (qui pourtant a voulu s’approprier le livret), puisque ce sera ... du Gounod. Les journalistes seront privés de première et, pour la première fois au monde, le spectacle sera retransmis par téléphone dans Paris. Le livret concocté par d’Ennery (auteur en outre d’une centaine de mélodrames et de romans, tous à succès, qui firent pleurer dans les chaumières de province et les poulaillers des Grands boulevards pendant des décennies) est bourré de ce qu’il savait faire à merveille : retournements, séparations, retrouvailles, incohérences dont le public se moque (une visite à Charlemagne au XIème siècle, par exemple). La réception par le public fut délirante tandis que la critique fit la fine bouche. Le Tribut de Zamora, vite oublié pour cette dernière cause, renaît grâce au Palazzo Bru Zane, sous la baguette magistrale d’Hervé Niquet, bien qu’on attendît Ulf Schrimer à la tête d’un Orchestre de la Radio Bavaroise qui baigne dans ce répertoire comme un canard dans l’eau : le Prélude sous forme de fugato chromatique le signifie d’entrée. La distribution de premier ordre vous fera tomber sous le charme des mélodies (Quel accent quel regard quelle âme ; Ah ! Viens ; J’ai pu la nuit venue…) ; tandis qu’un des sommets réservés aux chœurs (de la Radio bavaroise) vous rappellera, si vous l’avez oublié, ce que c’est que d’être patriote (Debout les enfants de l’Ibérie !). Il était temps que dans cette année d’anniversaire occultée par Debussy, honneur soit rendu à Charles Gounod. Voilà qui est chose faite.
Albéric Lagier

Le Tribut de Zamora
J. Van Wanroij (Xaïma), J. Holloway (Hermosa), E. Montvidas (Manoël), T.Christoyannis Ben-Said), B. Pinkhasovich (Hadjar)
Orchestre et chœeurs de la Radio Bavaroise
Direction musicale : Hervé Niquet
2 CD Palazetto Bru Zane Opéra français vol. 18 (Livre-disque)
2 h 21 min

mis en ligne le jeudi 13 septembre 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.