Mardi 15 octobre 2019
Un romantisme gentillet
Belle interpération d'un Schumann peu inspiré
Introduction et Allegro appassionato - Geistervariationen - Introduction et Concert-Allegro - Six études de forme canonique

Le plus romantique des compositeurs romantiques ? Schumann, à coup sûr. A lui seul il en a tous les symptomes : mal du siècle, exaltation, désillusion, goût de l'occulte et de la nature, triomphe du je et du sentiment... Marqué par une instabilité chronique qui le mènera à se scléroser un doigt, à se jeter dans le Rhin et à finir dans la démence, il oscille sans cesse d'un état à l'autre, et ses œuvres le reflètent. Son inspiration penche tantôt vers un romantisme torturé à la Nerval, tantôt vers une poésie cucul la praline à la mode Lamartine. Dans le premier cas, on trouve le meilleur, dense, profond, tourmenté, bouillonnant : Kreisleriana, Carnaval, Scènes d'enfant, le Concerto pour piano, les Symphonies... Dans le second figurent des pièces moins connues, qui flirtent avec la mièvrerie, la pastorale gentillette ou la rêverie interminable. Sans doute est-ce le bicentenaire de la naissance du compositeur qui a donné à Christoph Eschenbach et Tzimon Barto l'idée de les ressortir de l'oubli. Malgré le talent dont ils font preuve, était-ce franchement la peine ?
Gérard Pangon


Introduction et Allegro appassionato - Geistervariationen - Introduction et Concert-Allegro - Six études de forme canonique
Tzimon Barto (piano), Christoph Eschenbach (piano)
Orchestre Symphonique de la NDR
Direction musicale : Christoph Eschenbach
1 CD Ondine (2010)
2 h 13 min

mis en ligne le jeudi 29 avril 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.