Mardi 15 octobre 2019
Un oratorio pour happy few
I Turchini interprètent un Veneziano qui ne convainc pas
La Santissima Trinità

Selon certaines sources, apparemment fiables, Gaetano Veneziano naît près de Bari en 1656 et disparaît à Naples en 1716. Il mène dans cette capitale l’essentiel de sa carrière : organiste à la cour, maestro di capella comme successeur d’Alessandro Scarlatti, etc. Il compose des oratorios, dont certains ne sont connus que par leur livret. On a découvert récemment les autographes de quatre d’entre eux au conservatoire de Bruxelles, acquis sans doute à titre personnel par un de ses directeurs, le célèbre historien et critique François-Joseph Fétis (1784-1871). L’un des quatre est La Santissima Trinità (1693), objet du présent enregistrement. Le librettiste serait Andrea Petrucci (1651-1704). Il n’y a qu’un seul acte, et certaines parties instrumentales ont dû être reconstituées par Antonio Florio qui dirige ici I Turchini. Des cinq personnages, quatre sont du côté du bien : la Vierge, « Omnipotenza » (le Père), « Amor Divino » (le Fils) et « Sapienza » (le Saint Esprit). Ils s’opposent au mal, « Peccato » (le Péché), la seule voix grave. L’œuvre ne totalise pas moins de quarante-six numéros : récitatifs, airs, ensembles. Le dernier, « Vittoria per Maria », rassemble tous les protagonistes, y compris - il s’est converti - le Péché. Les solistes sont de valeur diverse, c’est le moins qu’on puisse dire, et la musique ne retient pas toujours l’attention. Une réalisation pour happy few, ceux qui, d'avance, sont convaincus par ce genre de répertoire baroque.
Marc Vignal

La Santissima Trinità
Leslie Visco (soprano), Cristina Grifone (soprano), Filippo Mineccia (alto), Rosario Totaro (ténor), Giuseppe Navoglio (basse)
I Turchini
Direction musicale : Antonio Florio
1 CD Glossa GCD 922607
1 h 09 min

mis en ligne le dimanche 9 mars 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.