Vendredi 18 octobre 2019
Un monologue du violon (DVD)
Valeriy Sokolov seul chez Sibelius
Jean Sibelius : Valse triste Op. 44 ; Rakastava Op 14 ; Concerto pour Op. 47 - Robert Schumann : Symphonie n° 2 Op. 61

Pour avoir été un grand virtuose du piano puis, comme chef, un interprète remarquable des symphonies de Sibelius, Vladimir Ashkenazy paraît a priori le partenaire idéal pour accompagner le Concerto pour violon du compositeur finlandais. Surtout quand le soliste est Valeriy Sokolov, énième merveille de l’école russe de violon dont on reconnaît les fondamentaux dans son jeu à la fois robuste et subtil. Mais la fusion entre les deux interprètes n’aura pas lieu dans ce concert enregistré à la Cité de la Musique de Paris, et on assiste à un véritable monologue : entre ce violon somptueux et un orchestre aux sonorités jolies mais minces, il n’y a pas de véritable échange, tout se passe comme si Valery Sokolov, seul au monde, restait sourd aux demandes de l’orchestre. Il est vrai aussi que Vladimir Ashkenazy n’est pas l’accompagnateur idéal : un peu engoncé, il suit plus qu’il n’anticipe les intentions du soliste. Mais le Concerto de Sibelius supporte bien ce genre de soliloque et grâce à Sokolov, et à lui seul, cette interprétation a des moments de grandeur. Dans la Deuxième symphonie de Schumann, Ashkenazy met plus d’enthousiasme mais l’interprétation est à peine moins raide.
Pablo Galonce

Jean Sibelius : Valse triste Op. 44 ; Rakastava Op 14 ; Concerto pour Op. 47 - Robert Schumann : Symphonie n° 2 Op. 61
Valeriy Sokolov (violon)
Orchestre de Chambre d'Europe
Direction musicale : Vladimir Ashkenazy
Réalisation : Bruno Monsaingeon
1 DVD Euroarts
1 h 30 min

mis en ligne le lundi 3 janvier 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.