Mardi 15 octobre 2019
Un Haydn un peu trop classique
Les Auryn presque au bout de leur intégrale
 
Le même, pas pareil
Un Haydn sentimental
Les Amadeus, le coeur dans la main
Les Six Quatuors opus 76

Bientôt il n’aura plus la force de composer, mais avant de se taire, Joseph Haydn livre l’un de ses plus beaux chefs d’œuvre, les six quatuors de l’opus 76 (publiés en 1799) qui ressemblent à un testament. C’est donc un peu le Graal du quatuor selon Haydn que les Auryn abordent dans cet enregistrement, avant-dernier volet de leur intégrale. Et comme dans tous les autres volets déjà publiés, leur interprétation est d’un classicisme parfait : pondérée, fluide, sereine, elle semble couler de source. Les Auryn (trente ans au compteur, et toujours les mêmes musiciens) peuvent se montrer tour à tour rustiques (le vieux Haydn aimait donner à ses thèmes un peu de jovialité paysanne) ou profonds (écoutez le largo du cinquième quatuor, l’un des plus beaux mouvements lents du compositeur) sans jamais perdre leur élégance. Il ne leur manque parfois qu’un surplus de virtuosité, de culot, d’hardiesse, pour rendre ces interprétations plus excitantes, plus fraîches. Le prix à payer pour toute cette élégance ?
Pablo Galonce

Les Six Quatuors opus 76
Quatuor Auryn
2 CD Tacet T 182
2 h 27 min

mis en ligne le jeudi 4 mars 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.