Jeudi 17 octobre 2019
Un Fidelio pavé de bonnes intentions (DVD)
Heureusement que Bernard Haitink est au pupitre !
Fidelio

A l’Opéra de Zürich, où tous les spectacles sont filmés, un Fidelio pousse l’autre. La version 2004, récemment rééditée par Athaus Musik, n’est pas passionnante, mais affiche Jonas Kaufmann sous la baguette de Nikolaus Harnoncourt. Celle-ci, captée en 2008, est dirigée par Bernard Haitink, plus classique, mais non moins grand chef de théâtre que son confrère. La mise en scène de Katharina Thalbach - une star du théâtre en Allemagne - est censée faire événement, mais ne dépasse pas le stade des bonnes intentions. On nous annonce les prisons de Piranèse, mais le décor n’est que fonctionnel. On invoque les dictatures de notre temps, mais nous ne voyons qu’un méchant ministre en complet blanc genre mafieux, et roulant des yeux pour faire peur à la salle. Quelques effets font leur effet : quand Fidelio révèle qu’il est l’épouse de Florestan, il (elle) montre ses seins. Les rôles principaux sont sous-distribués : la mozartienne Melanie Diener est émouvante, mais n’a pas les moyens d’une Leonore, et Roberto Sacca se hausse du col en Florestan. Il y a tout de même un grand moment dans ce spectacle oubliable : celui où Haitink, renouant avec la tradition, dirige l’Ouverture Leonore III avant le tableau final. Mais là, c’est au concert que nous sommes.
François Lafon

Fidelio
Melaine Diener (Leonore), Roberto Sacca (Florestan), Lucio Gallo (Pizzaro), Alfred Muff (Rocco), Sandra Trattnigg (Marzelline), Christoph Strehl (Jaquino)
Choeurs et Orchestre de l’Opéra de Zürich
Direction musicale : Bernard Haitink
Mise en scène : Katharina Thalbach
Réalisation : Felix Breisach
1 DVD Opus Arte OA 1023D
2 h 30 min

mis en ligne le mercredi 14 juillet 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.