Mardi 15 octobre 2019
Un disque qui tourne en rond
Philip Glass dilué par Valentina Lisitsa
Valentina Lisitsa plays Philip Glass

Pour les détracteurs de Philip Glass, sa musique n’est rien d’autre que de la musique au kilomètre. Pour les détracteurs de Valentina Lisitsa, son talent ne dépasse guère celui d’une pianiste au kilomètre. Sans du tout partager l’opinion des premiers ni même celle des seconds, avouons que faire enregistrer à la pianiste ukrainienne un florilège du compositeur américain comporte des risques certains. Comme la musique de film fait partie de son répertoire favori (voir ici), la pianiste fait la part belle à la partition du film The Hours, qui ne fonctionne vraiment qu’avec les images de Stephen Daldry. Quant aux autres œuvres, comme Metamorphosis, par exemple, elles nécessitent un peu plus d’implication que ce dont se contente Valentina Lisitsa. A propos d’implication, aujourd’hui, c’est dans le soutien aux pro-russes d’Ukraine qu’elle s’investit à fond, avec quelques interventions sur les réseaux sociaux – son domaine de prédilection – qui constituent de sérieux dérapages : « Si l’Europe ne réussit pas à guérir l’Ukraine du virus nazi, la Russie a une médecine traditionnelle qui fonctionnait très bien la dernière fois :) » Allez : qu'elle se remette à Liszt et à Rachmaninov.
Gérard Pangon

The Hours, The Truman Show, Glassworks, How now, Olympian : Lighting of the Torch, Mad Rush, Wichita Sutra Vortex, Metamorphosis, Mishima ;
Valentina Lisitsa (piano)
2 CD Decca 478 8079
2 h 31 min

mis en ligne le mardi 2 juin 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.