Lundi 27 mai 2019
Un cousin peut en cacher un autre
La petite sœur de la Saint Matthieu par Johann Ludwig Bach
Trauermusik

Cousin au troisième degré de Jean Sébastien, Johann Ludwig Bach réalise l’essentiel de sa carrière à Meiningen en Saxe, au service du duc Ernst Ludwig. Auteur prolifique, il se fait un nom dans l’art de l’exécution et dans la composition de cantates. Mais c’est surtout grâce à son illustre cousin, de quelques années son cadet, qu’il passe à la postérité :  Jean Sébastien fait des copies de ses œuvres, interprète ses cantates à Leipzig  mais aussi s’en inspire, que ce soit dans l’instrumentalisation ou dans le développement des arias. La musique de Johann Ludwig se caractérise par une homophonie déclamatoire fondée sur des structures musicales simples et vigoureuses, au service du verbe – une écriture particulièrement adaptée aux textes sacrés. Et son art du contrepoint n’a guère à envier à celui de Jean Sébastien Bach. C’est sur un texte écrit par le Duc de Saxe-Meiningen pour ses propres funérailles que Johann Ludwig Bach conçut cette messe en trois parties, pour double chœur et deux orchestres. Ce n’est pas la plainte qui domine ici, mais plutôt une sérénité sensuelle dont on comprend, à entendre ses Passions, qu’elle ait pu séduire Jean Sébastien. L’approche pleine de force et de clarté, soutenue par une diction parfaite des interprètes, fait de cette Trauermusik dirigée par Hans Christoph Rademann une redécouverte de premier plan.
Albéric Lagier

Johann Ludwig Bach : Trauermusik
Anna Prohaska (soprano), Ivonne Fuchs (alto), Maximilian Schmitt (tenor), Andreas Wolf (basse)
RIAS Kammerchor, Akademie für Alte Musik Berlin
Direction musicale : Hans Christoph Rademann
1 CD Harmonia Mundi (2011)
1 h 17 min

mis en ligne le lundi 28 mars 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.