Mardi 15 octobre 2019
Un Beethoven comme avant (DVD)
Le rêve passéiste de Christian Thielemann
Missa Solemnis

La circonstance est sérieuse. 2010 : soixante-cinquième anniversaire du bombardement de Dresde, vingt-cinquième anniversaire de la réouverture du Semperoper (du nom de son architecte Gottfried Semper). C’est aussi la déclaration d’amour de Christian Thielemann à la Staatskapelle, l’orchestre dont même le Philharmonique de Berlin envie la sonorité somptueuse, et dont il deviendra le directeur musical en 2012. Le style de Thielemann va bien avec les commémorations : on dirait toujours qu’il cherche à ressusciter Furtwängler et Abendroth, Klemperer et Giulini, pour faire avec eux la guerre à tous ces chefs modernes – et particulièrement aux baroqueux – pour qui la musique allemande est tout sauf ce qu’elle doit être : une évocation mystique de la germanité. Si l’on n’est pas gêné par sa battue imprécise, par le pathos qu’il voit un peu partout, par son mépris de la barre de mesure et sa conviction que la profondeur ne va jamais sans lourdeur, on trouvera cette Missa Solemnis assez grandiose, avec ses solistes de luxe, ses chœurs nourris et ses sombres couleurs orchestrales. La Missa Solemnis n’est certes pas un requiem, mais elle s’accommode relativement bien de cette solennité.
François Lafon

Missa Solemnis
Krassimira Stoyanova (soprano), Elina Garanca (mezzo-soprano), Michael Schade (ténor), Franz-Josef Selig (basse)
Choeurs de l'Opéra d'Etat de Dresde, Staatskapelle de Dresde
Direction musicale : Christian Thielemann
Réalisation : Michael Beyer
1 DVD Unitel Classica
1 h 30 min

mis en ligne le mardi 31 mai 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.