Lundi 14 octobre 2019
Un Bach très sage
Le Gewandhaus avec une touche baroqueuse
 
Le même, pas pareil
Un Bach saignant
par Reinhard Goebel
Brandenburgische Konzerte

A Leipzig, la musique de Bach n’est pas une mince affaire : elle est même la raison d’être de l’Orchestre du Gewandhaus depuis le temps où Felix Mendelssohn dirigeait la Passion selon saint Matthieu au début du XIXème siècle. Mais si cette tradition n’a jamais été perdue, la révolution baroqueuse a changé la donne : comment jouer aujourd’hui par exemple les Concertos Brandebourgeois avec un orchestre moderne sans avoir l’air démodé ? Ce disque montre qu'on peut continuer à jouer Bach sur des instruments modernes sans être ridicule, et c’est bien là la seule surprise. Il y a trente ans, cette interprétation qui paraît aujourd’hui bien trop sage, aurait semblé novatrice pour un orchestre symphonique. Riccardo Chailly donne une légère touche baroqueuse : il va plutôt vite (mais sans se précipiter), accorde une certaine liberté à ses musiciens pour ajouter des ornements (mais sans excès), sait danser quand il convient (mais sans trop rebondir). Mais c’est en définitive moins saignant, moins excitant, moins provoquant que Reinhard Goebel ou Diego Fasolis : irréprochables mais anonymes, les musiciens du Gewandhaus sont moins des vrais solistes que des instrumentistes au service de leur chef, et le continuo qui devrait jouer ici un rôle moteur ronronne comme une superbe berline allemande sur une route tracée d’avance mais totalement uniforme.
Pablo Galonce

Les Six Concertos brandebourgeois BWV 1046-1051
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig
Direction musicale : Riccardo Chailly
2 CD Decca 478 2191
1 h 34

mis en ligne le mardi 6 avril 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.