Vendredi 18 octobre 2019
Trahis par les micros
Teodor Currentzis enflamme Chostakovitch : on aurait aimé l’entendre
Britten : Sinfonieta op. 1
Chostakovitch : Concerto pour violoncelle et orchestre n° 1 - Symphonie n° 1

Cheveux longs jusqu’à l’épaule, chemise et pantalon noirs : c’est peu dire que le look de Teodor Currentzis n’est pas le plus conventionnel qui soit pour un chef d’orchestre. Sa technique non plus, qui rappelle parfois celle d’un boxeur à force de coups de poing et de gestes musclés. Au Concertgebouw de Bruges, face au Mahler Chamber Orchestra, ce drôle d’oiseau dégage pourtant un magnétisme très particulier dans un programme consacré à Chostakovitch. La juvénile et fraîche Sinfonietta de Benjamin Britten (jouée de manière splendide par les solistes du Mahler Chamber Orchestra) n’est là presque que comme un intermède entre les deux plats de résistance… qu’on aurait aimé vraiment entendre. Car ces interprétations sont gâchées par une prise de son peu naturelle : aucune vue d’ensemble, aucun aperçu de l’acoustique de la salle, difficile de faire plus sec. Les cordes de l’orchestre et Steven Isserlis sont les plus desservis : dans le Premier Concerto pour violoncelle, le soliste se fait voler la vedette par les bois, mieux servis par les micros ; dans la Première symphonie, on devine, plus qu’on n’entend, le souffle de la direction. Fallait-it vraiment éditer ce ratage ?
Pablo Galonce

Britten : Sinfonieta op. 1 - Chostakovitch : Concerto pour violoncelle et orchestre n° 1 - Symphonie n° 1
Steven Isserlis (violoncelle)
Mahler Chamber Orchestra
Direction musicale : Teodor Currentzis
Réalisation : Johan Cloetens
1 DVD BR EuroArts 2059814
1 h 22 min

mis en ligne le dimanche 5 avril 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.