Vendredi 18 octobre 2019
Tchaikovski sur le divan
Eugène Onéguine sujet de tous les fantasmes
Eugène Onéguine

Sous ses apparences Russie éternelle, Eugène Onégine se prête à toutes sortes de lectures fantasmatiques de la psyché tchaïkovskienne. Dans ce spectacle créé à Varsovie en 2001 mais filmé au Palau de Les Arts de Valence (Espagne) dix ans plus tard, le metteur en scène Mariusz Trelinski n’y va pas de main morte : parodie permanente, chorégraphies grotesques, fantôme blanc (Onéguine vieux ?) hantant l’action, symbolique de la pomme (rouge, toujours caressée, jamais croquée), etc. Les personnages eux-mêmes deviennent des sortes d’icônes, très éloignés des gens ordinaires imaginés par Pouchkine. Ainsi Kristine Opolais, blonde hitchkockienne attirante et réfrigérante à la fois, donne-t-elle de Tatiana une image aussi déstabilisante que celle qu’impose le baryton Artur Rucinski en Onéguine inaccessible. Au pupitre, le jeune Omer Meir Wellber – poulain de Daniel Barenboim – parvient tout de même à réchauffer l’atmosphère, tout en mettant en valeur les voix (en particulier celle de Dmitry Korchak, impeccable Lensky). A ce propos, on s’étonne que les chanteurs soient équipés de micros-HF. La faute au décor, qui transforme les chambres de jeunes filles en places publiques?
François Lafon

Eugène Onéguine
Helene Schneiderman (Madame Larina), Kristine Opolais (Tatiana), Lena Belkina (Olga), Artur Rucinski (Eugène Onéguine), Dmitry Korchak (Lensky), Günther Groissböck (Prince Grémine), Emilio Sanchez (M. Triquet)
Cor de la Generalitat Valenciana - Orquestra de la Comunitat Valenciana
Direction musicale : Omer Meir Wellber
Mise en scène : Mariusz Trelinski
Réalisation : Tiziano Mancini
1 DVD ou Blu-RAy C Major 712504
2 h 30 min

mis en ligne le mardi 17 septembre 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.