Mercredi 16 octobre 2019
Symphonique, mais pas si germanique
La Symphonie de Franck en direct de Liège
 
Le même, pas pareil
Symphonique et presque héroïque
Ernest Ansermet et l'Orchestre de la Suisse romande
Symphonie en ré mineur - Ce qu\'on entend sur la montagne - Hulda, ballet allégorique

Pas facile de se faire une place dans la discographie très fréquentée de la Symphonie en ré mineur de César Franck. Sur tous les orchestres qui l’ont enregistrée, le Philharmonique de Liège a une supériorité géographique : Franck est né à Liège. Louis Langrée, alors directeur musical, en a donné en 2005 une version à la fois intimiste et enfiévrée, qui renouvelait l’intérêt tout en mettant en valeur les qualités des musiciens. Son successeur Christian Arming se conforme, lui, à la tradition germanique de cette oeuvre qui se réclame de Beethoven via Wagner tout en étant le fer de lance de la symphonie française réactivée dans les années 1880. Son interprétation respire large, et embrasse d’un seul geste la forme cyclique (retour, superposition des thèmes) de l’œuvre, mais l’orchestre manque de corps pour le suivre dans cette voie. C’est le cas aussi dans le poème symphonique Ce qu’on entend sur la montagne, inspiré de Victor Hugo, où le jeune Franck marche lourdement sur les brisées de Liszt, et le « ballet allégorique », plus rare encore, extrait de l’opéra Hulda, qui ne s’adresse qu’aux franckophiles convaincus.
François Lafon

Symphonie en ré mineur - Ce qu'on entend sur la montagne - Hulda, ballet allégorique
Orchestre Philharmonique Royal de Liège
Direction musicale : Christian Arming
1 CD Fuga Libera FUG 596
1 h 21 min

mis en ligne le mercredi 16 janvier 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.