Dimanche 26 mai 2019
Sortie en apothéose
Les adieux de Harnoncourt avec un Beethoven d'époque
Symphonies 4 & 5

C'aurait dû être le premier volet d'une intégrale des symphonies de Beethoven, mais ce disque sera finalement le dernier témoignage enregistré (sur le vif, au Musikverein de Vienne) de Nikolaus Harnoncourt. Le gourou des baroqueux a annoncé sa retraite et on ne peut que le regretter, car ce dernier opus n'accuse pas la moindre faiblesse. Harnoncourt avait déjà enregistré les deux symphonies dans le cadre d'une intégrale avec l'Orchestre de Chambre d'Europe qui, depuis un quart de siècle, partage les avis. Avec les instruments d'époque de son Concentus Musicus (aux dimensions d'époque aussi : seulement trois contrebasses), il pousse encore plus loin sa vision d'un Beethoven tour à tour lyrique et explosif : interrogeant sans cesse la partition, il articule les phrases comme nul autre chef (le premier mouvement de la Quatrième et ses changements de tempo!), joue avec les silences (les accords finaux de la Cinquième qui rappellent du coup ceux du final de la Cinquième... de Sibelius) et accentue jusqu'à la saturation les contrastes dynamiques. La progression de la Cinquième est particulièrement impressionnante, avec une apothéose dont on aura rarement senti la brillance de l'ut majeur aussi fièrement affirmée. Parfois, on pourra trouver ce dégraissage trop abrasif, surtout que les micros plongent au milieu de l'orchestre pour nous offrir tous les détails, mais quel chef peut encore nous faire entendre deux œuvres mille fois enregistrées comme si elles étaient neuves ?
Pablo Galonce

Symphonie n° 4 en si bémol majeur op. 60 - Symphonie n° 5 en ut mineur op. 67
Concentus Musicus Wien
Direction musicale : Nikolaus Harnoncourt
1 CD Sony Classical 888375136452

mis en ligne le mardi 1 mars 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.