Mardi 15 octobre 2019
Sonates en majeur d’un compositeur mineur
Tessarini, la suite, par Marco Pedrona
Sonates pour violon et clavecin

Rares sont les informations sur les activités de Carlo Tessarini, né à Rimini en 1690, de douze ans le cadet d’Antonio Vivaldi, qui semble s’être consacré à une carrière de virtuose international. Violoniste à Saint Marc de Venise (1720) puis à la cathédrale d’Urbino de 1733 à 1757, avec des interruptions de durées variables, Tessarini séjourne durant cette période à Brünn, Rome, Londres et sans doute Paris, sans oublier plusieurs concerts aux Pays-Bas, où il retourne en 1761. A ses œuvres, uniquement instrumentales (vingt numéros d’opus), s’ajoute le traité de violon Grammatica di musica (1741). Ses six sonates pour violon (ou flûte traversière) et basse continue opus 14 paraissent en 1748 : en trois mouvements, sauf la cinquième qui en a quatre (lent-vif-lent-vif), elles exigent du soliste une grande virtuosité et une bonne connaissance du phrasé et de l’ornementation, écrite ou improvisée. Musicalement, elles ne brillent pas par l’originalité, et rares sont les mouvements qui retiennent longtemps l’attention : heureusement, ils sont tous plutôt courts. Le programme est complété par trois des douze sonates de l’opus 2 (1720), toutes en quatre mouvements. Aucune des neuf sonates ici réunies n’est en mineur. L’interprétation est satisfaisante, sans plus. Reste que ce CD, s’il ne s’impose pas en priorité, est préférable à l’album paru il y a un an contenant les douze concertos opus 1 joués par le même Marco Pedrona.
Marc Vignal

6 Sonates pour violon et basse continue opus 14. Sonates II, III et XI opus 2.
Marco Pedrona (violon), Marco Montanelli (clavecin)
Ensemble Guidantus
1 CD Calliope CAL 1208
1 h 05 min

mis en ligne le dimanche 9 juin 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.