Lundi 9 décembre 2019
Son, lumière et jalousie
A Venise, le ténor Gregory Kunde affronte l’Otello de Verdi
Otello

Tel Aida aux Thermes de Caracalla à Rome, Otello a depuis longtemps élu domicile au Palais ducal de Venise, même si l’action se passe entièrement à Chypre, Verdi et son librettiste Boito ayant supprimé les deux premiers actes de la pièce de Shakespeare. Il s’agit de toute façon d’un grand show de plein air aux allures de son et lumière bien qu’adapté d’un spectacle conçu pour le cadre relativement intime du Théâtre de la Fenice, le metteur en scène Francesco Micheli – lui-même directeur du festival monstre de Macerata – n’hésitant pas à multiplier projections murales et effets scéniques, telle la troupe de démons venant aider Iago à clamer sa haine et Otello à cracher sa jalousie. Musicalement, les choses sont un peu plus sérieuses. Myung-Whun Chung tire le maximum de l’Orchestre pourtant fragile de La Fenice, les chœurs chantent avec cœur et le ténor Gregory Kunde, abonné aux rôles lourds après avoir servi le répertoire di grazia, est un Maure musical et concerné. Dommage que l’ex-mozartien Lucio Gallo (Iago), moins heureux dans sa reconversion verdienne, remplace la voix qu’il n’a plus par un surcroît d’expressivité, et que Carmela Remigio n’ait pas tout à fait les moyens nécessaires pour imposer sa très digne Desdémone.
François Lafon

Otello
Gregory Kunde (Otello), Carmela Remigio (Desdemona), Lucio Gallo (Jago), Elisabetta Martorana (Emilia), Francesco Marsiglia (Cassio), Antonello Ceron (Roderigo), Mattia Denti (Lodovico)
Chœurs et Orchestre du Théâtre de La Fenice
Direction musicale : Myung-Whun Chung
Mise en scène : Francesco Micheli
Réalisation : Tiziano Mancini
1 DVD C-Major 726508
2 h 29 min

mis en ligne le samedi 13 septembre 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.