Mercredi 19 décembre 2018
Shéhérazade(s)
Souffle magique et tragique avec le duo Robilliard-Kouider
Debussy - Szymanowski - Hahn - Ravel

Transfuges du Trio Karénine, aux côtés du violoncelliste Louis Rodde, la pianiste Paloma Kouider et la violoniste Fanny Robilliard ont la bonne idée d’associer à Debussy et Ravel les Mythes op. 30 de Szymanowski et le bref Nocturne en mi bémol majeur de Reynaldo Hahn – elles confient même avoir bâti leur programme autour des Mythes. Francophile, mais pas seulement, le compositeur du Roi Roger – qui, comme Ravel disparaîtra en 1937 –, fut fasciné par l’Orient au point de cultiver la forme de l’arabesque et la plénitude du son tenu. Mythes, l’un de ses chefs-d’œuvre, adopte la fluidité ravélienne des Jeux d’eaux dès La fontaine d’Aréthuse, premier volet du triptyque, avec ce piano qui ruisselle tandis que le violon se pâme dans l’aigu. Une partition entêtante, dont le charme se perpétue dans Narcisse et Dryades et Pan – les interprètes en donnant une version tourbillonnante, d’une ivresse idéale. Le climat varie du tout au tout avec le tendre Nocturne de Hahn, comme avec la houle tragique de l’ultime Sonate de Debussy, et l’entrelacs magique des timbres de la Sonate n° 2 de Ravel, – que Fanny Robilliard et Paloma Kouider ont eu mille fois raison de rapprocher de Szymanowski.  
Franck Mallet

Debussy : Sonate pour violon et piano - Szymanowski : Mythes, opus 30 - Hahn : Nocturne, en mi bémol majeur - Ravel : Sonate n° 2, M.77
Fanny Robilliard (violon), Paloma Kouider (piano)
1 CD Evidence EVCD 039 (dist. PIAS)
56 min

mis en ligne le lundi 6 août 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.